LES ECOVOLONTAIRES TEMOIGNENT

 

 

 

Florence et William, éco-volontaires Mars 2018

 

 

 

"Que dire de ces semaines tellement elles ont été riches en émotion, bonheur et joie !

 

Cela faisait plusieurs années que je cherchais un tel endroit pour réaliser mon rêve de côtoyer nos amis les chimpanzés mais c'est plus que ça ! Vous ne voyez pas des singes, vous vivez avec eux !

 

Oubliez votre confort habituel, n'ayez pas peur des nuits assez courtes, des insectes divers (parfois très embêtants quand même), des rongeurs la nuit qui gratouillent ... et vivez cette expérience unique.

 

Papaye, c'est des animaux en très bonne santé et très bien nourris; c'est un sanctuaire et non une boite à touristes où le profit nuirait à nos amis les chimpanzés; c'est une directrice Mary, passionnée et toujours de très bon conseil pour votre arrivée sur le camp; c'est une équipe de soigneurs au top avec des personnalités attachantes comme Fiston ,Parfait, François, Jonathan et Bosco qui à lui seul peut vous raconter des heures d'anecdotes et d'histoires sur ces bêtes qu'il connaît si bien.

 

C'est aussi, et il ne faut pas l'oublier, une association qui sauve ces bébés si attachants dans le but de les réintégrer dans leur milieu naturel;

 

il est important de bien comprendre qu'en tant qu'éco-volontaires, il est de notre devoir d'apporter notre aide qu'elle soit manuelle ou financière tout en profitant de l'immersion complète dans cet endroit fabuleux et surtout de ne pas croire que l'on vient pour  un séjour purement touristique au risque de passer à côté de l'essentiel.

 

Pour nous, c'est sûr, nous reviendrons et surement plus rapidement que prévu tant cela nous manque déjà !

 

Les câlins indescriptibles de Cannabass et de Tomate, les bagarres de Goyave et Banane avec mon mari à longueur de journée, les séances de pickpocket de Miel...

 

Rien qu'en y pensant, les larmes me montent...

 

A bientôt et continuez comme ça..."

 

Florence et William, éco-volontaires mars 2018.

 

 

Séverine Durand, éco-volontaire Février/ Mars 2018 :

 

J’ai découvert par hasard l’association Papaye International en lisant les commentaires d’une autre éco volontaire. Je ne me suis pas posé de question, je voulais y aller. Je me suis renseignée et c’était parti. Séjour réservé quelques mois plus tard malgré mon appréhension de partir dans un pays étranger dans un lieu que je ne connaissais pas et seule. J’ai été très bien accompagnée pour la préparation de mon voyage ce qui a été très rassurant. Une fois arrivée sur le camp, cette belle aventure a commencé comme dans un rêve qui s’est prolongé tout au long du séjour et encore longtemps après mon retour. Que dire, une équipe sur place accueillante, sympathique, qui vous accompagne tout au long du séjour. Des rencontres géniales avec les autres volontaires et bien entendu la découverte des pensionnaires du camp, qui embellissent nos journées. Être à leur contact tous les jours, les observer, s’amuser avec eux, les accompagner en forêt...du pur bonheur. Je ne savais pas comment j’allais vivre cette expérience dans un environnement si différent du mien avec des conditions de vie plus difficiles, et bien ce ne fut pas un problème. La magie du moment fait oublier le confort de la ville. J’ai mis beaucoup de temps à redescendre de mon nuage à mon retour, je n’avais plus envie de rentrer et j'ai déjà hâte d’y retourner.

 

 

Priscilla et Axel, éco-volontaires Mars 2018

 

Mon ami et moi avons toujours eu ce rêve en commun : partir à la rencontre des chimpanzés. Rêve que nous pensions impossible à réaliser, jusqu’à ce que nous apprenions l’existence de l’association Papaye International (ex Papaye France).

 

Après plusieurs échanges avec l’association, notre voyage sera prévu pour le mois de Mars 2018 ! Que le temps a été long jusqu’à cette date… mais ca y’est, nous y sommes !

 

Nous voilà arrivés sur le camp, que je vais modestement appeler le camp du paradis.

 

Car oui, tout le long de notre séjour nous nous sommes sentis au paradis ! Nous touchons enfin notre rêve du bout des doigts, et c’est encore plus beau que ce que l’on pouvait imaginer. Nous avons passé nos journées à nous occuper, chouchouter, câliner ses adorables chimpanzés qui nous ressemblent tellement et à tout point de vue.  Nous ne nous sommes jamais sentis aussi bien dans un voyage. Nous recevions tellement d’amour de leur part. C’était tout simplement sincère et rempli d’émotion. Et malgré le malheureux passé qu’ont en commun les chimpanzés, nous les avons tous vu heureux et épanouis dans le sanctuaire. Un endroit où ils vivent libres et serein. Il est là l’un l’objectif de l’association, et nous ne pouvons que voir que cette mission est réussie avec succès ! L’équipe de soigneurs qui se trouvent sur place font un travail remarquable. Ils sont passionnés par ce qu’ils font, et ça se voit !

 

Voilà déjà plus de deux semaines que nous sommes rentrés, et le retour à la vie normale fût difficile. Les chimpanzés nous manquent tellement. Ce voyage est unique, exceptionnel. Il faut le faire au moins une fois dans sa vie pour se rendre compte qu’ils sont plus que merveilleux, qu’ils ont tant à nous apporter… et que nous devons tout faire pour qu’ils ne soient plus en danger. Nous sommes sûrs d’une chose, c’est que nous reviendrons pour les voir, et pour participer de nouveau à la vie sur le camp.

 

Merci à vous pour le travail exceptionnel que vous faites. Vous êtes un exemple pour beaucoup de monde. Nous espérons faire partie de l’aventure une nouvelle fois très très vite !!!!

 

 

Marine Lubrez :

 

 

 Assistante vétérinaire et passionnée d'animaux J'ai voulu partir à l'aventure en tant que eco volontaire On a préparé le voyage quelques mois avant et le jour J est arrivée J'ai mis 3 jours à m'adapter à l'environnement. C'était magique que ça soit l'équipe qui est très respectueuse et super sympa Les chimpanzés et Cook ce sont des amours Les journées sont rythmées par la sortie des chimpanzés, les affinités se crées rapidement pour ma part c'était chance Jouer promener donner à manger et danser voilà notre nouvelle vie. Ensuite les balades en pirogue pour voir les chimpanzés adultes remis en liberté Et aussi le contact avec la population qui permet de se rendre compte la chance que nous avons. Le départ à était très dur Ça va faire presque 1 an que je suis venu à papaye et chaque jour je pense à eux Une expérience magique humainement et émotionnellement. Sortez de votre zone de confort et venez nous aider !

 

 

 

Vivienne Maun :

 

  

Avant d’être une passion pour les primates se fut un vif intérêt pour les femmes primatologues qui se sont engagées au péril de leurs vies pour la sauvegarde des grands singes. Jane Goodall, Diane Fossey, Biruté Galdikas, Claudine André… C’est en lisant leurs livres qu’un profond désir est monté en moi de connaître ces être, les singes, si différents et en même temps génétiquement si proches de nous les humains.

 

Un jour alors que j’étais devant ma télé, j’ai vu l’émission de Muriel Robin qui était au Cameroun et c’est ainsi que j’ai connu l’association Papaye France créée par Patricia Leschaeve. Ces images sont toujours restées dans un coin de ma tête

 

Le hasard des rencontres a fait que je suis allée d’abord au Congo avec l’association Lola Ya bonobo de Claudine André, merveilleux souvenirs mais ceux-ci allaient être incomparables par rapport à ceux vécus au Cameroun avec Papaye France !

 

Dépaysement total, lorsque je suis arrivée sur le camps par la rivière c’est un véritable choc qui m’attend…Végétation luxuriante, je vois au loin quelques cabanes en bois parmi de gigantesques palmiers et on se dit : c’est là que je vais passer 15 jours ? (Un peu la trouille au ventre)

 

Puis le bateau accoste, des humains, de jeunes chimpanzés viennent vous accueillir, ma vue se brouille par l’émotion, une boule de feu dans mon ventre…la passion s’installe irrémédiablement comme un hôte qui n’allait plus me quitter. J’avais acheté trois superbes avocats bien murs à souhait mais c’était sans compter sur Chance et Tomate (nom des 2 chimpanzés qui allait nous accompagner) qui passèrent par là et s’emparèrent de mon bien. Ils ont pris mais en échange m’ont tellement donné !

 

Donner, et savoir accepter ce que les chimpanzés vont pourvoir m’apporter car je sais pertinemment que cette expérience est unique au monde et que peut-être je ne la revivrais plus jamais.

 

Je fais de la photo animalière, c’était aussi un peu le but de mon voyage mais j’avais un peu peur des conditions par rapport aux singes mais grâce à l’aide des soigneurs, j’allais être le témoin silencieux de leur vie pendant 15 jours en toute tranquillité.

 

Des journées rythmées par la photo, et par les pitreries de nos cousins les grands singes. Jamais je n’oublierai les matins, le petit doigt de Tomate qui passe sous ma porte de mon boucarou, jamais je n’oublierai sa petite bouche en mode « s’il te plait, ouvre-moi la porte que je puisse rentrer et faire une énorme bêtise » Je n’oublierai pas non plus nos fins d’après-midi à regarder jouer Chance et Tomate, leurs combats de catch face à l’île des grands.

 

Les journées se suivent, semblent se ressembler et pourtant notre richesse intérieure ne cessent de grandir. Le rythme est lent et pourtant les jours filent comme l’éclair, puis la peur de la fin arrive car les jours passent tellement vite.

 

Comment vais-je gérer le départ ? Mais non, je dois vivre l’instant présent. Il faut profiter des balades en forêt, profiter des balades sur la rivière, regarder les adultes qui reconstituent leur propre famille sur les iles d’en face. Et cette question qui me trotte en tête : « mais quel peut être l’avenir d’une espèce animale lorsque son seul territoire reste une île ? »

 

Ce voyage est aussi très philosophique sur notre condition par rapport à celle des chimpanzés, suis-je pessimiste ? Certainement. Pourtant je voudrais tellement qu’il en soit autrement.

 

Quoi qu’il en soit, ce séjour restera le voyage initiatique le plus intéressant à mes yeux. Quelques adjectifs pour le décrire ? Pas un seul mot n’a la force de retranscrire ce que l’on peut vivre là-bas…

 

Une seule chose à faire…y aller ! ou y retourner…

 

  

Rémi Champion :

  

 

Voici quelques lignes pour parler de mon expérience sur le camp papaye France. Ce fut un séjour mémorable j’ai été saisi par tellement de choses : la vie au plus près d’une nature parfaitement intacte, Les échanges humains avec ces hommes À mi-chemin entre le Berger et la maman chimpanzé Et naturellement ces êtres incroyables que sont les chimpanzés (et une petite pensée pour les chiens). Il y aurait réellement des heures d’écriture pour décrire la beauté de tout cela... La beauté de cette expérience réside également dans le fait que nous ne sommes pas plongés dans un camp à touristes. Les singes sont restés parfaitement Singe ce qui n’est pas toujours le cas ils sont parfaitement authentiques, pas du tout « corrompu » et encore moins malheureux ils ne sont pas aliénés par quelconque tour, leur seule mission est d’apprendre à devenir singes et de retrouver leur complète liberté. Ce séjour est également l’occasion d’un véritable cheminement intérieur, si nous nous occupons des singes quelque part les singes se sont réellement et profondément occupés de nous. Ce sont des êtres sans filtres plein d’humour et plein d’amour. Je profite de ces lignes pour les remercier du plus profond de mon cœur ainsi que ses hommes (Fiston, François, Bosco, Jonathan) qui nous ont tellement offert et bien évidemment Mary Pons dont l’énergie et la bienveillance envers animaux et hommes offre à mes yeux un très grand espoir. Merci. Rémi

 

   

Flavy Blot :

 

  

C’est un privilège unique d’avoir pu être aussi proche de nos cousins les Chimpanzés, c’est grâce à l’Association Papaye France que j’ai pu réaliser ce rêve. L’association m’a accompagnée avant, pendant et après le séjour, soucieuse du bien-être de ces pensionnaires et de ces éco volontaires. Une immersion totale dans la brousse avec une équipe camerounaise formidable qui est à l’écoute, qui n’hésite pas à partager leur quotidien et vous faire découvrir leur pays. J’ai pu baigner dans un bain d’amour avec Cannabis, il m’a élue comme sa maman de substitution dès le premier jour, une relation unique qui marque à jamais ! Côtoyer les chimpanzés, c’est troublant tant les ressemblances physiques et psychologiques sont proche de nous. Une partie de moi est toujours dans ce havre de paix, je n’ai qu’une envie c’est revenir ! Merci de tout coeur à l’équipe Papaye pour leur travail remarquable et leur détermination à sauver cette espèce en danger.

 

 

 

Anne Chevillot :

 

 Cette fin de journée d’octobre 2017 laissera à jamais une empreinte en moi et marquera pour toujours un vrai bouleversement émotionnel.

 

Juriste de formation, j’ai toujours été sensible à la cause animale, une cause à laquelle s’intéressait aussi mon grand-père avec lequel je passais les vacances à regarder des reportages sur la faune sauvage, à lire des livres sur les animaux ou encore à parcourir la Nature dans ma Bretagne natale.

 

Plus tard, bénévole dans l’association de protection animale Sarah Delavergne, j’ai également contribué à enquêter et à dénoncer toute forme de maltraitance envers les animaux à l’île de la Réunion mais aussi à Mayotte, notamment pour la préservation des lémuriens de l’îlot Bouzi.

 

Admirative de destins de femmes comme ceux de Jane Goodall, Diane Fossey ou encore la moins connue, Biruté Galdikas, mon rêve était de rencontrer les grands primates.

 

En juin dernier, j’ai découvert, par le biais d’un groupe de voyageuses-baroudeuses, l’association française Papaye International qui propose des séjours en éco-volontariat en Afrique de l’Ouest.

 

Pas une minute d’hésitation, je me suis immédiatement inscrite pour vivre mon Rêve le plus cher …

 

Arrivée au Cameroun après un périple aérien d’une trentaine d’heures et un trajet dans une voiture brinquebalante sur une piste boueuse et incertaine, je viens de poser les pieds à Marienberg, petite bourgade de brousse située au bord du fleuve Sanaga, à 2 heures de route de la ville d’Edéa.

 

Seule, je viens séjourner en tant qu’éco volontaire dans ce sanctuaire géré par Papaye International, une association qui œuvre depuis presque 20 ans pour la sauvegarde des chimpanzés.

 

A peine débarquée de la pirogue qui me conduit au sanctuaire d’Okokong, je suis accueillie par les cris joyeux d’un petit chimpanzé, le voilà qui court, s’agrippe à l’une de mes jambes et, en quelques secondes, se blottit dans mes bras puis enfuit sa tête dans mon cou … C’est un grand moment d’émotion. C’est la première fois de ma vie que je rencontre un chimpanzé et je ne m’attendais pas à un accueil aussi affectueux !

 

Lors des 17 jours passés à Okokong, le petit chimpanzé répondant au nom de « Cannabis » ne me quittera quasiment jamais, restant accroché à mon dos ou à ma taille. J’essaie de l’habituer à jouer avec les chimpanzés du sanctuaire, mais il reste encore craintif lorsque les autres juvéniles s’approchent de lui.

 

Cannabis est un chimpanzé orphelin d’environ 2 ans qui a été accueilli depuis seulement 2 mois par l’équipe du sanctuaire. Retrouvé chez des braconniers, il était en état de malnutrition et a du subir un lourd et long traitement médical avant d’être transféré à Okokong.

 

Comme beaucoup de ses congénères, Cannabis est l’une des nombreuses victimes du braconnage qui sévit encore en Afrique de l’ouest.

 

Des visites en petit groupe sont organisées au sanctuaire pour faire découvrir au public le mode de vie des chimpanzés et le prévenir des graves menaces qui pourraient faire disparaître nos proches cousins dans les prochaines années.

 

La mission de l’association Papaye International, aidée par les autorités camerounaises, est de recueillir de jeunes chimpanzés orphelins et de leur assurer la mise en sécurité, la nourriture, les soins et l’affection dont ils ont besoin.

 

Une équipe de 5 soigneurs vit sur les lieux et des séjours d’éco volontariat ont été récemment mis en place pour assurer également une présence forte auprès des orphelins et participer aux travaux quotidiens sur le campement (sorties en jungle, nettoyage des cages, préparation des repas et des biberons, jeux avec les petits chimpanzés …).

 

Une fois devenus autonomes, les orphelins de Papaye International sont relâchés en semi-liberté sur les îles voisines.

 

 

 

Patricia Roll :

  

Je suis si fière de faire partie à jamais de cette aventure avec Papaye international. Grâce à ce premier voyage en Afrique, et pas n'importe lequel, me voilà transportée dans un autre monde à la rencontre d'êtres exceptionnels que sont les chimpanzés. Ils se jettent sur vous, vous enlacent une fois les pieds posés. Je venais pour eux. Le choc émotionnel le plus intense jamais vécu de ma vie entière. Des larmes d'émotion, des frissons et le bonheur d'être enfin là ! Ce qu'ils m'ont donné et ce que j'ai pu apprendre d'eux est d'une richesse inestimable. Leur survie dépend de nous tous humains.

 

 

Lucrézia Hausmann :

 

J’ai passé 2 semaines en tant qu’éco-volontaire sur le camp de Papaye France entre décembre et janvier 2018.

Ce fut une expérience intense, fantastique et très enrichissante.

J’avais déjà réalisé plusieurs missions en Afrique et en Inde avec les Babouins, les Vervets et les Gibbons mais je dois avouer que la rencontre avec les Chimpanzés m’a profondément bouleversée.

L’interaction et le contact immédiat qui se crée avec ces grands primates est saisissant !

Sur le camp, je logeais dans un Boucarou (petite maisonnette en bois), équipée d’une petite cuisine personnelle. Une autonomie totale dans la gestion de mes repas, un luxe !

Le camp se constitue de deux Boucarous pour les éco-volontaires, deux dortoirs pour les Chimpanzés juvéniles, un Boucarou cuisine et deux Boucarous pour les soigneurs…au milieu de la jungle, au bord du fleuve Sanaga ! Des panneaux solaires permettent d’avoir la lumière suffisante en soirée, mais il n’y a aucune connexion internet et un réseau téléphonique quasi inexistant.  Autant vous dire que le dépaysement est…total et intense.

La vie sur le camp est certes rudimentaire mais cela ajoute à la magie du lieu, du moment et de cette expérience incroyable.

Sur le camp, vivent 9 Chimpanzés juvéniles et un petit Vervet. Les 3 bébés Chimpanzés ainsi que Cook le Vervet, restent dans le périmètre du camp durant toute la journée, sous la surveillance des soigneurs et des éco-volontaires. Les 6 autres juvéniles qui ont entre 6 et 11 ans, sont emmenés chaque matin dans la jungle par l’un des soigneur où ils restent jusqu’à la fin de l’après-midi.

C’est donc épuisés mais heureux et épanouis qu’ils rejoignent leurs dortoirs en fin d’après-midi.

En face du camp, sur le fleuve Sanaga se trouvent deux îles. Ces îles sont peuplées par des Chimpanzés adolescents pour l’une et adultes pour l’autre.

Quel bonheur de les voir ainsi en semi-réhabilitation, sans contact avec l’homme, excepté pour le nourrissage deux fois par jour. Mais les plus grandes victoires sont certainement ces nouvelles naissances sur les îles. Cinq bébés sont venus au monde, dans leur habitat naturel et n’ont jamais eu le moindre contact avec l’être humain.

Lorsque l’on entend le parcours et les traumatismes de vie des parents, on réalise que Papaye a réalisé…des miracles !

Sur le camp, les tâches sont multiples : nettoyer les dortoirs et le camp, ratisser les feuilles, nourrir les bébés au biberon, accompagner les juvéniles en jungle, restaurer et réparer les infrastructures, préparer et apporter la nourriture sur les îles, s’occuper des 5 chiens, chercher les feuillages nécessaires aux juvéniles pour la nuit, accompagner les soigneurs dans toutes les tâches relatives au camp…. sans oublier de filtrer son eau de la Sanaga, faire ses lessives et ses repas !

Autant dire que les journées sont intenses et variées et qu’aucune d’entre-elle ne se ressemble !

Cinq soigneurs travaillent sur le camp et encadrent les éco-volontaires quotidiennement. Ils constituent une équipe sérieuse, effectuent un travail remarquable et sont très attachants !

J’ai adoré les fins de journées en leur compagnie, à refaire le monde et parler de leurs vies, de leur réalité. J’ai appris énormément en leur compagnie.

Les moments forts de cette incroyable expérience sont nombreux, mais je garde un souvenir intense des balades en brousse avec les juvéniles. Le premier jour, je fus impressionnée par leur force et leur puissance. Mais rapidement la confiance et la complicité s’est installée. C’est quand même exceptionnel de pouvoir chatouiller une grande Goyave de 45 kg et de la voir rire aux éclats !

Je garde un souvenir intense de cette mission et 15 jours après mon retour j’ai déjà organisé ma prochaine venue dans quelques mois !

Merci infiniment Papaye France de m’avoir permis de vivre cette magnifique aventure, bravo pour l’incroyable travail effectué et à tout bientôt !

Le 16 Février 2018

 

 

Céline Vaini

 

 

Je pense que je vais avoir du mal à me remettre d'une telle expérience. Les mots me manquent pour résumer correctement ces trois semaines... Je crois bien que mon coeur est resté sur le camp.

  

Être réveillée par Cannabis qui toque à la porte pour faire un câlin, me bagarrer avec Cerise, faire des parties de chatouilles avec Mandarine et Goyave, me faire épouiller et déshabiller par Miel, me faire tripoter et maltraiter par Banane, ... Je ne pouvais pas espérer mieux comme quotidien !

 Prendre soin de Grenadine depuis mon arrivée jusqu'à son dernier souffle a été très bouleversant et me marquera à vie.

  

Les garçons m'ont très bien accueillie et ont été attentionnés et généreux tout au long du séjour. C'est une fierté pour moi d'avoir pu faire partie de cette équipe même pour une courte durée. J'ai également été très émue de voir la complicité et le respect entre Fiston et les ados/adultes ainsi que la proximité et l'amour entre Jonathan et Cerise. J'ai beaucoup appris en discutant avec les garçons et cela a permis de créer une expérience humaine en plus de celle avec les chimpanzés.

  

Les venues des visiteurs ont été également très intéressantes pour moi, cela m'a permis de constater les comportements différents de chaque chimpanzé avec plus de recul. J'ai été ravie d'accueillir les visiteurs, de leur faire part de mon expérience sur le camp et, de jour en jour, d'être capable d'expliquer et transmettre ce que les garçons m'apprenaient. J'ai donc rempli mon rôle de "secrétaire" et "traductrice" du camp avec plaisir et dévouement ! 😃

  

Pour terminer, merci à vous Mary d'avoir pu me permettre de réaliser un rêve et bien plus encore, merci d'améliorer la vie des chimpanzés et des soigneurs du camp. Je souhaite vraiment revenir parmi vous d'ici l'année prochaine pour revivre une aventure fabuleuse. Et si un jour vous créez un nouveau poste administratif ou autre, ce serait un honneur de pouvoir intégrer l'association !

 

 

Sandy Pelleray

 

Le dimanche 25 février 2018, une date que je n’oublierai jamais, mon rêve allais se réaliser, j’allais passer un séjour en tant qu’éco volontaire au sein de l’Association Papaye International.

 

Dés mon arrivée sur le camp, Séverine une volontaire m’a tendu Canna dans mes bras, j’ai ressenti une émotion très forte de le serrer contre moi. C’est tellement de bonheur, tout est magnifique, le paysage sur le camp est à couper le souffle, puis les soigneurs sont tous super accueillants et gentils, ils m’ont montré le boucarou dans lequel j’allais passer mes nuits, faire les repas et me laver etc ….J’ai eu le plaisir de rencontrer Bosco le soigneur qui reste en brousse toute la journée et faire la rencontre des grands poilus, quel bonheur de les rencontrer.

 

J’ai découvert aussi les déplacements en pirogue pour aller voir l’île aux ados et adultes, c’est à couper le souffle, magnifique, il n y a pas de mot pour décrire se qu’on ressent.

 

Sur le camp, il y a la jolie Cerise, Canna le charmeur et Cook le coquin tous aussi mignons les uns et les autres, et les  chiens, je craque avec tous les loulous.

 

Tout les matins, on nettoyer les dortoirs des loulous et on allait chercher des feuilles pour les installer dans les dortoirs.

 

Le départ du camp a été un gros déchirement, cela a été très dur de quitter des gens supers et des petits et gros loulous poilus. Vivement le prochain voyage.

 

Je tiens à remercier toute l’équipe de l’Association Papaye International de m’avoir permise de réaliser mon rêve, je n’oublierai jamais la chance que j’ai eu de vivre cette aventure, cela restera toujours gravé dans mon cœur.

 

A bientôt